Les plus
visités


France
Espagne
États-Unis
Chine
Italie
Royaume-Uni
Allemagne
Ukraine
Turquie
Mexique
Malaisie
Autriche
Russie
Canada
Hong Kong

City Trip


à Poock
à Woocoawek
à Zgierz
à Pruszkow

Pologne 2011/2012
Pologne 2011/2012
Guide du Routard
Le commander

Guides


Tous les Routard
Tous les Lonely Planet
Tous les Petit Futé


Recherche



Hôtels
les plus proches


(de cet endroit, bien sûr)
 
Petropol Hotel
à 1 km [Réserver]
 
Orbis Magura
à 50.4 km [Réserver]
 
Best Western Hotel Mazurkas
à 83.8 km [Réserver]
 

Partagez
votre expérience


(sur ce lieu, of course !)
Pseudo
Titre
Votre message






Cathédrale de Plock

   Plock
52.541, 19.690   



Sites les plus proches

Abbaye de Czerwinsk nad Wisla à 45 km
Niepokalanów à 63 km
Parc national de Kampinos à 64 km
Gluszynskie à 72 km
Lac Lidzbark à 80 km
Muzeum Sztuki à 86 km
Cathédrale Alexander Nevsky de Lodz à 87 km
Lunapark, Lódz à 88 km
Basilique de Torun à 90 km
Réservoir de Zegrze à 90 km
Goplo à 90 km
Basilique Notre-Dame de Lichen à 93 km
Vieille ville de Varsovie à 94 km
Musée de l'Insurrection de Varsovie à 94 km

 
Vos avis, conseils et commentaires

TD7oLNom8L Il y aurait bucaeoup e0 dire sur Reich- Ranicki. Une institution e0 lui tout seul. aucun e9quivalent en france.avec de continuels brouilles avec les plus grands e9crivains de langue allemande..son poids et son influence furent e9normes. Il a tenu entre 1960 et 1973 le feuilleton du journal Die zeit . De 1973 e0 1988 il a tenu le feuilleton prestigieux de la frankfurter Allegemeinen Zeitung . enfin son e9mission e0 la TV, quartett a rencontre9 un immense succe9s. c est lui qui a provoque9 la cole8re de G. grass, de walser,et d autres grands noms de la litte9rature alemande. tantot se disant leur ami, tantf4t leur conce9dant du talent et,la fois suivante, les de9chiquetant avec rage. quand on l a vu de9chirer en UNE du magazine speigel un roman de grass,il y eut stupeur et bizarre sentment en allemagne car, dna ce ays of9 on a brule9 tant de livres, en de9cjrier un en Une du grand hebdo.. ca reveillait de droles de souvenirs. bref,R.R. reste un homme incontournable de la critique litte9raire, nomme9 avec un me9lange de de9fe9rence et d agacement le pape de la critique. Il faut remarquer c est un d abord excellent lecteur.. des classiques. raffine9.ayant toujours une bonne citation classique,sachant be2tir chaque semaine un article en vrai grand pro. (personne en france ne peut se mesurer e0 lui sur ce terrain) Il posse8de une connaissance des e9poques et des auteurs de langue allemande vraiment impressionnante. e9rudit mais sans lourdeur., connaissant son Goethe ou son lessing par coeur,bref il sait sa litte9rature allemande sur le bout des dloigtrs,lui,le polonais(ne9 e0 Wloclaweck )mais tout le proble8me e9tait qu il a refuse9 la partie la plus originale de la litte9rature d apre9s guerre. au nom de son cklasscisme et de son amour absolu opur l oeuvre de thomas mann il a traite9 , souvent avec un vrai me9pris Gunter Eich, anna seghers, stefan heym,, peter weiss, le tres grand Dieter Wellershof, martin Walser(deux fois sur trois, de9gommage..) Gunter Kunert, horst bienek, G.Grass,il a aussi e9crit des papiers grine7ants contre le grand peter He4rtling, pas compris les deux grands autrichiens handke ou . Thomas berhnard.., pas particulie8rement inte9resse9 par les e9crivains femmes ni par H. Menszensberger. Ni botho strauss!!!je trouve que l addition de ses erreurs de jugements est assez sale9e.et meame tout e0 fait de9plorable. a quoi sert donc un critique si il ne sait pas indiquer les auteurs les plus interessants de son temps? si sa boussole est re9gulie8rement mauvaise? le probe8me se compoque avec lui car ses e9reintemetns sont re9ussis et droles et il sait mettre les rieurs dans sa pche quitte e0 caracaturer les oeuvres et jouer les naifs , donc un redoutable un peu comme les terribles papiers de rinaldi dans l eexpress des ane9nes 70-80.La diffe9rence d avec rinaldi c est qu il utilise une langue allemande minutieuse et professorale, calme et argumente9e, avec de faux e9tonnemnts. Maquis cette langue classqiue est d une orinie de9vastatrice,et le public aimait bien ces longs feuilletons of9, sous l apprence d obectivtie9,les grands noms de la litte9rature prenaient une vraie racle9e. parfois, aussi tres pontifiant.eh oui,il y eut un ve9ritable magister et un pontificat Reich ranicki. des critiques comme Raddatz ou hans mayer e9taient bucaeoup plus subtils et attentifs en profondeur aux nouvelles sensibilte9s originales.Maispar sa longe9vite9,sa culture aise9e et re9elle son e9rudtion et et ses mauvaises humeurs et , e9videmment, sa liberte9 de ton , dans son e9mission de tv, il a acquis une vraie ce9le9brite9. du genre le critique le pus craint de toute l Allemagne.N oublions pas que ce ruse9- et -raffine9 a de9tourne9 de nombreux lecteurs allemands cultive9s d Å“uvres remarquables en train de se faire. .Bref, contestable dans sa mission de de9couvreur de talents il reste un brillant analyste sur Musil, Fontane, la poesie allemande(le0 il est excellent souvent) et ses longs feuilletons sur les classiques, de Heine e0 Walter Benjamin se lisent avec un vrai plaisir. Il garde un vrai ton.on le relira comme on lit sainte beuve, en france, pour le XIXb0 sie8cle.en collectionnant et notant ses erreurs,mais en saluant aussi ses fle8ches et ses articles trempe9s dans une encre qui ressemble e0 un poison.bref, le contraire d un tie8de, cette tiedasserie qui est la cate9gorie la plus de9testable de la critique litte9raire. jC0p3Ubfu
Pologne